Clôture de l'Année de la Corée en France

Le premier volet de l’Année croisée France-Corée 2015-2016 qui commémore le 130e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays, l’Année de la Corée en France s’est achevée ce 30 août 2016, en présence de M. Kim Jong-deok, ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme de la République de Corée, d’Henri Loyrette président de l’Année France-Corée 2015-2016 pour la France et de Bruno Foucher, président de l’Institut français, opérateur des Saisons et Années croisées.

Avec plus de 245 événements à dominante culturelle mais touchant également à l’économie, l’éducation, la recherche, le sport ou la gastronomie, l’Année de la Corée en France a attiré un public nombreux et curieux de découvrir la culture coréenne, une culture millénaire à la foisonnante créativité contemporaine.


Plus de 2 millions de personnes ont assisté aux différentes manifestations qui se sont déroulées dans une soixantaine de villes dont Paris, Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg, Limoges, Nice ou Toulouse, qui ont programmé de riches « Focus » coréens.

Interrogeant sans cesse les rapports entre tradition et modernité, la programmation, proposée par les deux commissaires Agnès Benayer et Choe Junho, a laissé place à une grande variété d’événements.

L’Année de la Corée en France a par ailleurs initié de fructueuses rencontres entre les artistes et les institutions des deux pays.

Les collaborations entre les institutions françaises et coréennes ont été d’autant plus fécondes que la programmation de l’Année de la Corée en France a été pensée « en miroir» avec celle de l’Année de la France en Corée qui se déroule actuellement jusqu’en décembre 2016.
Ainsi de nombreux échanges ont été initiés entre le Musée d’art moderne et contemporain à Séoul et la Friche Belle de mai à Marseille, le Théâtre de la Ville et le LG Arts Center, le Palais de Tokyo et le Seoul Museum of Art, le Théâtre national de Chaillot et le Théâtre national de Corée, le Centre national des arts du cirque et le Seoul Street Arts Creation Center, le Centre de Musique Baroque de Versailles et l’Université de Hanyang, le Muséum d’histoire naturelle et la Cité de l’espace à Toulouse avec le Gwaechon Science Center de Séoul et le Space Science Center de Naro…

Ces quelques exemples de partenariat engagés sont la promesse d’une coopération culturelle durable qui doit se poursuivre après 2016 et qui s’inscrit dans la mise en œuvre du plan d’action pour le partenariat global du XXIe siècle ratifié par les deux chefs d’Etat. Alors que l’Année de la France bat son plein en Corée, plusieurs M.O.U (Memorandum of Understanding ) signi catifs ont d’ores et déjà été signés entre les deux pays pour une coopération culturelle durable, pour la reconnaissance mutuelle des diplômes et des études en vue de favoriser la mobilité étudiante entre les deux pays ou pour le soutien aux starts-up françaises et coréennes à l’innovation, pour le dialogue économique ou encore pour la promotion du tourisme et la coopération sportive.